Amzer Gwechall - Pouldergat

C

ommémoration de la déclaration de la guerre 14-18


Les associations Amzer Gwechall, la FNACA, l’APE de l’école Yves Riou ont souhaité célébrer dignement la commémoration du centenaire de la déclaration de la guerre 1914-1918.
Rendre un hommage particulier à tous les soldats engagés dans ce conflit, à nos parents et grands-parents qui en ont souffert, est la finalité du travail accompli. Mais c’est aussi permettre aux enfants et aux jeunes d’aujourd’hui de donner du sens aux cérémonies déroulées autour cet événement. C’est pourquoi l’école Yves Riou et l’Ulamir Centre social du Goyen ont été partie prenante du projet.
Tous les documents et objets qui sont exposés font partie intégrante de notre patrimoine, de notre mémoire collective et de notre histoire. Toutes ces archives témoignent d’un passé douloureux certes mais aussi porteur d’un message primordial : l’importance de la PAIX entre les peuples.


Statistiques Pouldergat - Pouldavid

Document, préparé par André Kervarec, précisant la répartition des victimes de la guerre par mois et par année, sur Pouldergat - Pouldavid.


Les Mémoires de Jean Le Brusq de Corn Ar Hoat - Pouldergat

Jean Le Brusq était musicien au 62ème R.I. de ligne (Lorient). Il a écrit, au jour le jour, ses observations sur le terrain. A découvrir absolument.

- Les Mémoires de Jean Le Brusq : du 26 juillet 1914 au 14 novembre 1915

- La remise de la Croix de Verdun à Jean Le Brusq



Soldats du 62ème R.I., dans les tranchées, à la Boiselle, dans la Somme. Lire 17 décembre 1914 et suivants dans les Mémoires de Jean Le Brusq


La basilique d'Albert bombardée, telle que la décrit Jean Le Brusq, les 14, 15, 16 et 17 janvier 1915


Les Mémoires du Maire Pierre Belbeoc'h

Pierre Belbeoc'h était maire de la commune de Pouldergat du 19 mai 1912 au 21 octobre 1919. Pouldavid faisait alors partie de Pouldergat la séparation ayant eu lieu à la fin de 1919. Il a relaté, dans des notes, la vie dans sa commune au cours des années de la grande guerre. A lire ci-dessous.

- Les Mémoires de Pierre Belbeoc'h

Premiers morts

Premier mort de Pouldergat : Corentin Castrec de Jaquidy, mort pour la France le 21/08/1914, à Sambreville (Arsimont), en Belgique, à l'âge de 23 ans.
Premier mort de Pouldavid : René François Marie Savina, bourg de Pouldavid, mort pour la France le 30/08/1914, à Tourteron, dans les Ardennes, à l'âge de 27 ans

Le 22 août 1914, jour le plus sanglant de l'histoire de France : la bataille de Rossignol, un massacre.
Ce jour, 3 soldats de Pouldergat y ont trouvé la mort.

  • Coajou Louis Marie du Creac'h soldat 2ème classe, régiment d'infanterie coloniale, tué à l'ennemi à Rossignol en Belgique - 25 ans
  • Le Bot Alain Joseph Marie, de Bodonap, soldat 2ème classe, régiment d'infanterie coloniale, tué à l'ennemi à Rossignol en Belgique - 22 ans.
  • Savina Hervé Marie, du Moulin du Questel, soldat 2ème classe, régiment di'nfanterie coloniale, tué à l'ennemi à Rossignol en Belgique - 22 ans.

Les deux frères marins, morts pour la France

Le 8 novembre 1916 : Le vapeur “Earl of Forfar” est coulé.
Le “Earl of Forfar” était un navire à vapeur 4 453 TJB (tonneaux de jauge brute) affrété en 1910 par la société Russell & Co pour la société Earl of Forfar Steamship Co Ltd. Le navire a été considérablement endommagé par une explosion importante à Archangel (Russie).  Les faits à propos de cet événement ne sont pas clairs mais il apparaît qu’il y eut en fait deux explosions. La première eut lieu sur le «Dreisen » sur lequel étaient chargés des explosifs. La seconde, environ 45 minutes plus tard, eut lieu à quai sur ce même navire et on pense que cette explosion est liée à la première. L’explosion à quai toucha le Earl of Forfar. Ce jour du 08/11/1916 trois marins français y ont trouvé la mort dont François Sébastien Le Gall de Pouldavid. Son nom est gravé sur le Tower Hill Memorial de Londres.
Le Tower Hill Memorial est dédié aux membres de la marine marchande et aux pêcheurs disparus en mer durant la Première Guerre mondiale. En 1955 ce mémorial sera complété d'une deuxième partie dédiée aux mêmes types de victimes durant la Seconde Guerre mondiale.

Le 27 avril 1915 : le croiseur-cuirassé Léon Gambetta est torpillé.
Jean Corentin Marie Le Gall est né le 2/10/1891, à Pouldergat. Le 1er mars 1912, il embarque sur le Léon Gambetta. Dans la nuit du 26 au 27 avril 1915 à 25 milles du cap Santa Maria di Leuca, à l’extrême Sud-Est de l’Italie, le Léon Gambetta est torpillé et coule en 10 minutes. Jean Corentin Le Gall fait partie des 684 morts. Une centaine d’hommes a pu être sauvé. Jean Corentin Marie Le Gall, mort pour la France, a reçu à titre posthume la médaille militaire et la croix de guerre avec étoiles de bronze.
Jean Corentin et François Sébastien étaient frères.


Courrier écrit à un ami, par l'abbé Arzel, sur son lit d'hôpital, à Beauvais .

C'est l'abbé Arzel, vicaire à Pouldergat, qui a sonné le tocsin le 1er août 1914 à Pouldergat, lorsque le maire a reçu l'ordre de mobilisation à compter du 02/08/1914 (notes de Pierre Belbeoch, Maire de Pouldergat-Pouldavid). Le courrier a été trouvé dans un article " Echos du front " du journal Le Progrès du Finistère datant du 3 août 1918. L'abbé y parle de la montée au front, du combat contre l'ennemi, de ses blessures sur le champ de bataille, de son sauvetage après 20 heures passées baignant dans son sang. Un témoignage émouvant et réaliste qui peut nous permettre d'imaginer la souffrance endurée par tous ces hommes montant au combat sous la mitraille et qui, atteint par les balles ennemis, ont dû voir la mort arriver. Cliquer sur l'image ci-dessous pour lire l'article.


La mobilisation générale

Août 1914 : en quelques semaines, presque toute l’Europe bascule dans la guerre. Jamais dans son Histoire, le vieux continent n’avait connu, simultanément et en si peu de temps, la mobilisation d’un si grand nombre d’hommes. La Serbie (25 juillet), la Russie (30 juillet), l’Autriche-Hongrie (nuit du 30 au 31 juillet), la Belgique (31 juillet), l’Allemagne (1er août) et la France (1er août) ont recours à la mobilisation générale. Celle-ci s’appuie sur le service militaire obligatoire. Les affiches sont alors le média le plus efficace pour relayer l’information. A titre d’exemple, en France, l’armée compte 800 000 hommes en 1914. La mobilisation la porte à 3 580 000.


Gare de Tréboul : départ pour le front (1914)

Video de la mobilisation générale


Les premiers jours de la guerre

Les titres de La Dépêche de Brest du samedi 1er août 1914 au lundi 10 août 1914


Mentions légales
Tous droits réservés. Toute reproduction est interdite.