Amzer Gwechall - Pouldergat

A

mzer Gwechall / Archives


33 ans après... le condamné retrouve son sauveur.

"Février 1945...
Quelque part sur les bords de l'Oder, en Allemagne orientale, une longue colonne de prisonniers progresse lentement dans la neige.
De temps à autre, un claquement sec leur signifie qu'ils viennent de perdre un compagnon de misère...

33 ans après ...
« Mais c'est mon frère... ».
Voilà comment lundi 7 août on sonna au numéro 6 de la rue François André où Louis Kervarec est désormais domicilié. Le " ressuscité " était là bien vivant, bien en chair même, visiblement en parfaite santé, avec son épouse. On imagine la suite..."

Lire la suite ...

Gorréquer en Pouldergat, un village disparu et oublié

Au fil du temps plusieurs villages de la commune ont disparu. Pour certains nous devons leur souvenir aux dires de nos prédécesseurs ou parfois à quelques empreintes laissées sur le terrain, mais pour d’autres l’affirmation de leur existence passée ne tient qu’aux écrits laissés sur les « lambeaux de mémoire » que sont les vieux papiers jaunis de nos archives. C’est le cas pour le village de Gorréquer abandonné depuis près de trois siècles.

Lire la suite ...

Le Clergé de Pouldavid

1880-1888 - Jean QUÉMÉNEUR :
Né le 26/09/1840 à GUENGAT, prêtre en 1865 et vicaire de MOËLAN, nommé recteur de Pouldavid le 1er mai 1880. Fait venir en septembre 1880 les sœurs du St Esprit afin de fonder une école sur la montagne de Kerem, restaure l’église St Jacques, crée le cimetière et fait bâtir le presbytère. Il est ensuite nommé recteur d’ARGOL en 1888. Démissionnaire il réside à LANGOLEN en 1900, et en 1911 à PLOUZÉVÉDÉ. Il est décédé le 11/05/1915.

Lire la suite ...

Monographie de la Paroisse de Pouldergat

Cette monographie provient des archives départementales du Finistère, sous la côte 16 J 59. Elle a été rédigée par Gaston Conen de Saint-Luc, propriétaire du château du Guilguiffin (Landudec) au début du siècle dernier et transcrite par Mikaël Le Bars qui vient de rejoindre notre association.

"L’Armorique, aux Vème et VIè siècles, vit débarquer sur ses rivages de nombreuses bandes de Bretons insulaires que l’invasion saxonne avait chassés de leur patrie. Sous la conduite de leurs chefs de clans, de moines ou d’évêques, ces émigrants arrivaient des diverses régions de l’île de Bretagne, principalement des provinces comprises dans la Cambrie et de celles qu’occupaient les Cornovii, peuple considérable qui a donné son nom à la Cornouaille armoricaine..."

Lire la suite ...

Le Clergé de Pouldergat de 1314 à 1798

Ce document est réalisé pour l’essentiel en se basant sur les signatures relevées dans les registres paroissiaux de la commune. Ces registres débutant en 1669 vont sans lacunes  jusqu’en 1687. Il y a ensuite de nombreuses années manquantes, existent aujourd’hui les années 1692, 1698 & 1699 ainsi qu’un petit de 1700. La collection est ensuite complète en dehors de l’année 1729 dont n’existe qu’un petit fragment. Il est donc fort possible que certains membres du clergé n’ont pu être relevés et que d’autres n’ont pas tenus de registres.
Le clergé antérieur à 1669 provient des notes du chanoine PEYRON et des inscriptions sur l’église paroissiale et les chapelles qui en dépendent : St Jacques et St Vendal.
Les dates composent la fourchette des années où la signature du prêtre est présente dans les registres paroissiaux.

Lire la suite ...

Le Clergé de Pouldergat Post Révolution

Lire la suite ...

Simon Le Chouan

L'histoire de Julien SIMON, chouan du Morbihan, dont le fils Joseph s'installera au Dimbes en Poullan et ses enfants s'en allèrent à Kergoff et Kerillo.

" Dans les familles LE BERRE, SIMON et MAZẺAS de la région de DOUARNENEZ, de mémoire orale il se disait qu’un certain « SIMON » venu du Morbihan et de la région d’AURAY ; avait participé activement à la chouannerie et que pendant plusieurs années ensuite il avait exercé le métier de lutteur de foire, se déplaçant au gré des fêtes et des pardons. Il se racontait aussi qu’il était un colosse doté d’une force herculéenne et qu’il ne cesserait la lutte qu’à sa première défaite ; alors seulement il songerait à se marier et à fonder un foyer avec une fille du pays. Dans les trois familles, les versions orales étaient quasiment identiques, parfois quelques peu enjolivées..."

Lire la suite ...

La Fabrique et son fonctionnement.

C'est le concile de TRENTE puis les édits royaux et arrêtés parlementaires qui ont ordonné l'établissement de la Fabrique et réglé l'administration de ses biens. A l'origine elle était composée uniquement de membre du clergé élus par les paroissiens. Cela remonte au début du XVIIe siècle, et comporte deux éléments : l'assemblée des délibérateurs (rôle consultatif) et le bureau des fabriqueurs (rôle exécutif)...

Les marguillers de Pouldergat, leurs délibérations de 1805 à 1853.

15 fructidor (2/09/1804)
Considérant « que les murs du cimetière sont très mal en ordre et que les bêtes peuvent y entrer à chaque instant » s’entendent avec Jean BRÉLIVET de Kergonan sur la somme de 24 livres, « pour clore les endroits les plus urgents du susdit cimetière »...

Lire la suite ...

La nouvelle vie du presbytère de Pouldergat

"L’ancien presbytère « presbital coz » ayant été aliéné au titre bien national, de même que les halles de Pouldavid avec ses géoles et ses dépendances ; avec le retour de la liberté du culte le 21 février 1795 et surtout l’application du concordat après avril 1802, il fallut retrouver un logement au desservant de la paroisse Laurent MASSÉ. Une maison fut acquise au bourg afin de servir de logement au desservant, mais elle était en très mauvais état nécessitant des réparations importantes."

Lire la suite ...

Poème de René Villard : "Le pont de Pouldergat"

C'est un chemin pierreux, montant vers Pouldergat,
Que le soleil mourant baigne de sa lumière,
Une fille des champs, les jambes et les bras,
Nus et musclés; le corps vigoureux, comme un gâs,
Harcèle son troupeau d'une voix familière...
"Deut ta! deus aé !" crie-t-elle, en un breton
Dont j'aime la rudesse et l'âpreté du ton...

Les vaches, à regret, désertent la pâture,
Descendent vers le pont où le ruisseau murmure.
Sur les algues aux tons verts, coule l'écheveau blond
De l'onde caressant des cailloux clairs et ronds.
Un gué s'élargit là formant comme une plage.
Là viennent chaque jour baigner leurs pieds fourchus;
Dans l'agile courant au doux parfum d'herbage,
Et s'abreuver, le soir, les animaux repus,
Avant de regagner l'étable où la fermière
Attend pour commencer la traite journalière...

La fille aux longs cheveux, bouffants sous le bonnet,
Bretonne Tanagra, se campe, les poignets
En un geste élégant appuyés sur les hanches,
Les bras rouges et nus, sortent des courtes manches;
Si bien que la voyant gravir le chemin creux
En suivant lentement son troupeau anguleux.
Dont sa main doucement flatte la maigre échine,
Un sourd regret me point au mur comme une épine;
Il me semble qu'un bien m'est arraché des yeux,
Que de moi le bonheur s'écoule comme l'onde
Qui laisse le ruisseau sec en son lit herbeux.

Je suis dans un pays dont le charme m'inonde,
Je bois l'odeur des prés, des bois et de l'eau blonde;
Je me repose, assis sur un mur très ancien,
Qui couronne un vieux pont à l'arche séculaire
Et, tristement, je songe à l'époque où mon père
En quête d'un "motif" et seul avec son chien,
Venait s'asseoir ici et poursuivre son rêve,
Dans le calme émouvant d'un jour d'août qui s'achève.

Il fut ému devant cet antique tableau :
La bergère emmenant abreuver son troupeau.
Et voilà d'où me vient cette peine soudaine,
En contemplant l'enfant agreste qui ramène
Son troupeau caressé par les derniers rayons.
L'eau roucoule et partout, dans ce décor breton,
Règne une auguste paix, qui remplit le vallon,
Et tout en m'attristant, m'ensorcelle et m'enivre...
Je ne sais s'il vaut mieux mourir, ou s'il faut vivre...
Comme un vin capiteux, je bois le soir radieux,
Et, le rayon dorant le pont sur la rivière,
(Simple tronc de bois mort suspendu sur deux pierres)
M'est doux comme un baiser de femme sur les yeux...

Pouldergat 1932

BRETAGNE Ô MON PAYS

DE L'AUBE AU CRÉPUSCULE

René ViIlard

Biographie de René Villard (Wikipédia)

René Villard (né le 4 août 1875 à Ploaré et mort le 2 février 1940 à Ploaré ) est un professeur d'anglais, journaliste et écrivain, ami de Max Jacob.

René Villard, fils de Jean-Marie Villard, est d'abord professeur d'anglais à La Châtre puis à Saint-Brieuc. Il écrit des articles, notamment comme correspondant de L'Ouest-Éclair, de la Dépêche de Brest et comme rédacteur à l'Illustration pour les questions bretonnes.
Engagé volontaire, dès le début de la guerre 14-18, il va écrire des poèmes alors qu'il est interprète dans un régiment anglais sur le front de la Somme.

«René Villard reste marqué par cette grande boucherie où tant d'hommes, particulièrement des Bretons, furent sacrifiés. Max Jacob dans la préface de cet ouvrage affirme : Aucun soldat de 1914 n'a rien écrit de plus âpre, de plus simple, de plus synthétique, de moins littéraire.»
(Extrait d'un article de Maurice-René Dirou, sur René Villard, paru en 1991 à Douarnenez, dans la revue Mémoire de la Ville)

En 1911, il épouse Jeanne Audic, ils ont trois enfants : Marguerite, Charles et Colette.

En 1939, il publie son unique recueil de poèmes écrits pendant la Première Guerre mondiale, son ami Max Jacob écrit la préface. (http://www.yvesfloch.org/villard.htm)

René Villard reste toute sa vie un ami fidèle à Max Jacob, camarade de classe au lycée de Quimper, une correspondance suivie témoigne de ce lien très fort jusqu'à sa mort survenue le 2 février 1940 à Ploaré ((Max Jacob, lettres à René Villard, publié en 1978.).

René Villard est aussi le frère du peintre Abel Villard et l'oncle du peintre Robert Paulo Villard. Il est aussi un neveu du photographe et éditeur de cartes postales Joseph Villard.

Œuvre

Visite de l'Empereur NAPOLẺON III en Bretagne (où il est question de Pouldergat)

"Au mois d'août 1858, l'Empire devint très populaire en Bretagne quand l'Empereur NAPOLẺON III et la Princesse Eugénie y firent le fameux voyage qui les mena à BREST. La Bretagne répondit par une confiance entière à la courtoisie qu'on lui témoignait, faisant un accueil triomphal tout au long du voyage, binious, danseurs, paysans arborant le costume ancestral, donnèrent à Leurs Majestés une image resplendissante du folklore de la province. Il est vrai que les préfets étaient chargés de monter cette sorte de mise en scène qui ne fut nullement improvisée..."

Lire la suite ...

Le Régime Foncier Au XVIIIe siècle.

" Différentes modes de tenures : Le faire-valoir direct, le fermage, Le féage et la censive, domaine congéable ... "

Lire la suite ...

Pouldergat et la Révolution de 1789

"Le 8 août 1788 le Roi Louis XVI convoque les Etats Généraux pour le 1er mai 1789, la paroisse de POULDERGAT comporte alors 400 feux, soit 1800 habitants y compris ceux de Pouldavid. L'assemblée électorale a lieu le 7 avril en la sacristie sous la présidence de DANIẺLOU DES BOIS substitut du procureur fiscal de la vicomté de Kerguélénen, Hervé KERVAREC "père et fils" de Lizirvy Bras participent avec les 22 autres comparants et les 4 députés, à la rédaction des Cahiers de Doléances qui comporteront 10 articles. Seront députés de la commune Nicolas RENẺVOT de Kersunou, Nicolas BRẺLIVET de Kergonan, Nicolas LE BRUN du Coadic, Pierre RIOU de Kerveur. Hervé KERVAREC "fils" sera quant à lui agent national de POULDERGAT en 1794...

Lire la suite ...

Chronique judiciaire sur Pouldergat en 1783

"En ce milieu du XVIIIe siècle vivait au Coadic la famille JOLIVET ; Guillaume le père fils d’autre Guillaume et de Françoise LE MOAN, avait épousé le 20 juillet 1751 Jeanne LAROUR fille de Jean et de Jeanne LE BRUN. Très vite les naissances successives viennent peupler la maisonnée, en tout dix grossesses dont un enfant mort né et pour finir une dernière grossesse était gemellaire. C’est ainsi que naîtront successivement : Guillaume en 1753, Marguerite 1756, Françoise 1758, Jean 1761, enfant mort né en 1763, Catherine 1764, Jeanne 1766, Marie 1768, Charles 1770 et les jumeaux (Louis qui ne vivra que 3 jours et Nicolas) nés en 1774. Sur ces neuf enfants, six auront une descendance.

Le drame.

Jean JOLIVET est né le 30 avril 1761 au bourg de POULDERGAT comme deux de ses sœurs Catherine et Marie, tous les autres enfants étant nés au Coadic.
En ce mois de décembre 1783, demeurent dans la maisonnée six enfants, les trois aînés déjà mariés ayant quitté le logis familial. On y trouve donc : Jean âgé de 22 ans, Catherine 19 ans, Jeanne 17 ans, Marie 15 ans, Charles 13 ans et Nicolas 9 ans.
Le 11 décembre Yves LE GUENNO recteur de la paroisse avisé qu’un décès non de mort naturelle est arrivé à l’un de ses paroissiens, écrit au procureur fiscal Maître François Yves L’HARIDON ; le village du Coadic dépendant de la juridiction de Kerguélénen, afin de faire procéder à une enquête." ...

Lire la suite ...

Le Vieux Presbytère ou Ar Porspital Coz

"20 prairial An IV (8/06/1796). A.D.F. Série Q : 1Q675 & 598.
Expertise du presbytère en tant que bien national.
Réalisé par Joseph Nicolas LE BOUR et François Fidèle LE GUILLOU experts nommés par le citoyen Maurice Marie CHEVÈ, accompagnés de Jacques MORVAN commissaire du Directoire. En voici le descriptif. « La maison principalle ouvrant au midi, couverte en ardoise et construite en partie maçonne partie brossage, ayant de longueur à deux longères 49 pieds, de franc à deux pignons 14 pieds & de hauteur compensée 15 pieds ; composée en son rez d’un sallon, une boulangerie et une cave ; au premier étage deux chambres et deux petits cabinets et un grenier. Et pour batiments en dépendants adossés à sa partie nord une cuisine, un grenier audessus ayant dans cette partie et dans l’endroit servant à laloge d’escalier en pierre de taille jusqu’au premier étage seulement trois ouvertures, cette partie contenant de long 28 pieds sur 8 pieds ½ de franc et 9 pieds de hauteur." ...

Lire la suite ...

Complément : Ar Porspital Coz - Ollivier Verchain - Surcouf

Quelques informations sur le corsaire du Roi Alexis Ollivier Verchain dont une rue du quartier de Pratanirou, à Pouldergat, porte le nom. Sa pierre tombale est accolée à l'église du côté du porche sud. Le vitrail qui se trouve pratiquement au-dessus porte également le nom de la famille Verchain.
C'est dans le Nord de la France que depuis très longtemps réside la famille de Verchain. Le 1er ancêtre connu de la lignée est seigneur : Jean de Verchain, sénéchal de Hainaut, seigneur de Longueville, régna dans les années 1250 sur le pays.
Comme toute région frontalière, Le Hainaut est souvent source de conflit et l'enjeu de différents rois. Vers la moitié du XVIIe siècle, Louis XIV victorieux, annexe définitivement la province. Le traité de Nimègue est signé en 1678.
Beaucoup des seigneurs qui ont combattu le roi de France sont dans une position délicate. Les de Verchain sont ainsi exilés en Bretagne à Avessac non loin de Redon. La famille exilée ne cherche pas à oublier ses racines. Le nom de la propriété acquise à Avessac sera le nom de la propriété du Hainaut : La Chesnaye.

Plus tard la famille Verchain achètera le vieux presbytère (ar porspital coz) de la paroisse de Pouldergat et, tradition oblige, rebaptise la propriété "La Chesnaye".
Cependant c'est à Avessac que naîtra en janvier 1770 Alexis Ollivier Verchain, fils du noble homme Jean Joseph Verchain né en 1712.
A. O. Verchain, très tôt attiré par la mer s'embarque à Brest, à l'âge de 15 ans, comme mousse, sur un navire de course : navire de guerre ainsi appelé car leur capitaine a une lettre de course, signée du Roi, les autorisant à attaquer et piller tout navire ennemi, surtout marchand; ce sont les corsaires du Roi. A la fin du XVIIe siècle les ordres sont de gérer le commerce des anglais avec les colonies des Indes. A. O. Verchain connaît une brillante promotion car il est nommé enseigne de vaisseau en 1796. Il se marie à Douarnenez et s'embarque pour les mers du sud la même année.
A. O. Verchain rencontre alors Surcouf qui le prend comme second sur la Confiance, un petit navire très redouté des Anglais.
Verchain et Surcouf seront capturés par les Anglais et rachetés par Napoléon vers 1804.
Le 16 août 1804 Napoléon Bonaparte leur décerne la légion d'honneur créée deux ans plus tôt. A. O. Verchain reçoit la première légion d'honneur comme marin au camp de Boulogne. Il est alors lieutenant de vaisseau.


Il prend ensuite sa retraite et rentre à Pouldergat où il décède le 13 mars 1837. La pierre tombale qui le recouvre est ornée d'un sabre et d'une épaulette symbolisant le corsaire. Aujourd'hui scellée sur le mur de l'église cette pierre ne rappelle-t-elle pas une merveilleuse histoire ?

L'histoire de la famille Verchain à Pouldergat ne s'arrête pas là. Le vitrail de l'autel à droite du porche a été offert par la famille en souvenir de leur fille Mathilde. Les trois lions sur fond rouge qui l'ornent sont en quelque sorte la signature de la famille, les armoiries de l'ancien seigneur. Le vitrail rappelle le souvenir d'une personne qui n'est autre que la tante de M. Jean Verchain* qui a raconté les faits.

*Jean Verchain, baptisé à Pouldergat, en 1890, aussi remarquable que son ancêtre."

Glaziked avant la mode ?

"Les documents d’archives peuvent être fort utiles pour connaître l’habillement de nos ancêtres, pour cela on peut avoir recours aux inventaires après décès mais aussi aux procès-verbaux de justice. Si l’inventaire révèle le contenu de l’armoire ou de la garde-robe de la décédée ainsi que la valeur des différentes pièces de l’habillement, les procès-verbaux de justice ont l’avantage de décrire « les guises » ou particularités vestimentaires du moment. Au travers d’exemples voyons qu’elle était la mode à POULDERGAT au cours de la période révolutionnaire. " ...

Lire la suite ...

L'ancêtre de la machine à laver

"Cet objet ménager si indispensable et si présent dans tout foyer aujourd’hui, ne semble pas avoir été très courant au XIXe siècle si l’on se réfère aux rares vestiges qu’il en reste. Objet volumineux et très lourd, difficile à déplacer, sa nature même le prédisposait pourtant à une longue longévité exemplaire.

Il s’agit d’une dalle ou auge de pierre en forme de disque de plus d’un mètre de diamètre et épaisse de 20 à 30 centimètres. A une dizaine de centimètre de son bord externe, court une cannelure ou rigole profonde d’environ 1 à 2 centimètres ; d’autres rigoles peuvent rayonner, divisant la dalle en quatre ou plusieurs secteurs. Tout ce réseau se termine par un bec d’évacuation plus ou moins travaillé. Parfois toute cette partie interne à la cannelure circulaire est légèrement creusée. Cette dalle n’est en fait que la partie massive et non périssable, elle constitue le fond pour la récupération des eaux de lessivage..."

Lire la suite ...

La Maison des Ancêtres

" Faire revivre la maison de ses ancêtres n’est pas une gageure. A partir de quelques documents anciens, il est tout à fait possible avec une certaine marge d’erreurs, d’imaginer ce que fut leur demeure ou la ferme de nos aïeux. Deux ou trois documents sont indispensables à cette réalisation. L’Aveu et l’inventaire après décès pour la période antérieure à la Révolution française. " ...

Lire la suite ...

1955 : La supérieure de l'école St-Antoine prend sa retraite après 54 ans passés à Pouldergat

"C'est avec beaucoup de regret que la population de Pouldergat a vu partir Sœur Marie-Guillaume, supérieure de l'école Saint-Antoine.
Celle que tous appelaient "Ma mère" avec amour jouissait de la considération générale en cette commune où elle a vécu 54 années, une vie entièrement faite de dévouement et d'abnégation..."



Lire la suite ...


Mentions légales
Tous droits réservés. Toute reproduction est interdite.