Vivre à Pouldergat

L

es hommes et les faits marquants de la vie Pouldergat-Sports

 

En cette période de confinement et afin de maintenir l’activité du club, les dirigeants ont pris l’initiative de vous ouvrir ses archives (2 classeurs, une K7 vidéo, photos diverses) afin de vous proposer, régulièrement, une rubrique sur des personnes identifiées aux Rouges et Blancs ou des faits ayant marqué la vie de Pouldergat Sports.

 

POULDERGAT-SPORTS : des derbys passionnés et passionnants

Par le passé, le football était la seule activité sportive des jeunes ruraux. C’est pourquoi, les matchs, entre communes voisines (Mahalon, Confort, Gourlizon, Landudec, Guiler-sur-Goyen, Le Juch, les différents clubs douarnenistes - qui ont été    au nombre de 5 - et Poullan) étaient fort attendus de tous : jeunes qui fréquentaient la même école, voire la même classe, mais aussi les plus anciens qui se remémoraient les matchs d’avant et des débats familiaux intenses et passionnels… Bref chaque « derby » portait bien son nom et l’un d’entre eux a marqué cette époque plus que d’autres : les Gars de Poullan contre Pouldergat-Sports le 10 mars 1984, faisant même la une des matchs du district dans les colonnes du Télégramme alors que les deux clubs évoluaient en 3ème division.

Pourquoi toute cette ferveur ? Remettons-nous dans le contexte :

Pouldergat-Sports était leader invaincu avec une défense de fer (6 buts encaissés en 16 matchs) soit une moyenne de 0,35 but par match. Du rarement vu sans doute dans n’importe quel championnat.
Son dauphin, les Verts de Poullan, présentait la meilleure attaque du groupe : 66 buts en 16 matchs soit une moyenne de 4 buts par match.
La question posée était donc simple : qui allait l’emporter de ce duel attaque – défense, et prendre ainsi la tête du groupe car seul un point séparait les deux équipes au classement.

En outre les deux équipes étaient coachées par des entraineurs qui ont marqué leur club :

La réponse se déroula devant plus de 450 spectateurs… Oui, vous lisez bien : 450 entrées payantes pour un match de 3ème division de district en présence des chroniqueurs sportifs sud-finistériens de nos quotidiens locaux : Ouest-France et Télégramme.
Chaque club avait ses supporters et son matériel : porte-voix, banderoles, tenues… et même quelques gallinacés peints aux couleurs locales…
Paul KERVAREC, jeune gardien éblouissant de Pouldergat, se souvient : « La chaleur était lourde. On connaissait les talents de l’équipe adverse. Tout le monde était concentré et, chose surprenante, il n’y avait aucun bruit dans les vestiaires ».

A leur entrée sur le terrain, les joueurs portaient la pression de tout ce public et des journalistes présents (séance photos) car peu habitués.
Le match fut un véritable combat attaque – défense, à savoir une domination poullanaise qui butait sur un « catenaccio » pouldergatois parfaitement huilé et organisé autour d’une charnière centrale composée de Jean-Hervé PICHAVANT et Christian LE FLOC’H qui, lorsqu’ils étaient pris de cours, étaient sauvés par l’homme du match, certainement, Paul KERVAREC, auteur de parades à dégoûter tout attaquant (voir photo ci jointe prise par un spectateur poullanais).
Pouldergat-Sports opérait ainsi en contre en s’appuyant sur la rapidité de ses attaquants dont le vif blondinet Hubert Le Bars et, comme cela arrive souvent, dominer n’est pas gagner. Ainsi, contre le cours du jeu, Yves LE BARS, ouvrait le score pour les Rouges d’un tir sublime des 25 m, permettant aux pouldergatois de mener 1 à 0 à la mi-temps.
En seconde période, poussés par leur entraîneur-joueur, Henri LE HENAFF, les capistes, attaquant    de tout côté, égaliseront et prendront l’avantage dans le premier quart d’heure. La suite fut une rencontre tendue, crispée mais toujours correcte de part et d’autre. Victoire finale de Poullan sur le score de 2 à 1, qui prenait les rênes du championnat à ses adversaires du jour et réconciliation de tous (joueurs et supporters) à la 3ème mi-temps.
Pour Paul : « Le stress et le fait de jouer à l’extérieur avaient davantage paralysé les pouldergatois que les Verts de Poullan. Ce faisant, l’équipe n’avait pu ni jouer libérée, ni exprimer son jeu habituel ».

PS : si Poullan pensait avoir fait le plus dur pour la montée en gagnant ce match, c’est pourtant, Pouldergat-Sports qui accédera à la seconde division au prix d’un savant calcul que nous allons vous expliquer plus bas. En effet, comme beaucoup, les rouges découvriront la règle dit du quotient et surtout ils apprendront par le District qu’ils reprenaient la tête du classement à 2 journées de la fin du championnat.

C’est quoi, cette règle dite du quotient ?
Pour vous l’expliquer, reprenons le classement final en nous intéressant qu’aux deux premiers.

Le quotient pouldergatois étant supérieur à celui des poullanais, ce sont donc les hommes de Jean LE FUR, qui fêteront l’accession, presqu’à l’insu de leur plein gré.

 

POULDERGAT SPORTS : un club tourné vers les échanges

Avec la vulgarisation des moyens de transport, le club n’a pas échappé à l’envie des jeunes de voyager, surtout, avec la génération dite «post soixante-huitarde».

Ainsi, au temps de la « folie verte », une délégation alla supporter «Sainté» à Liverpool lors du quart de finale retour de la Coupe d’Europe des Clubs Champions soit, actuellement, la Champions League, en mars 1977. Pour rappel aux plus jeunes, les « Verts » avaient remporté le match aller 1 à 0 sur un but de Dominique BATHENAY, alors, au sommet de son art. Dans l’antre d’ « Anfield Road », les 47000 supporters des « Reds » pensaient supplanter les 8000 supporters stéphanois dont la délégation pouldergatoise composée de: Jean-Claude FLOCH’LAY, Gérard LE COZ, Robert LE COZ, Jean-Yves LE GALL, Yves MAO, plus deux invités extérieurs dont un banquier nécessaire au financement du déplacement, cela va de soi.  Ces derniers s’étaient parfaitement organisés : 2 voitures légères, habillés des maillots verts et blancs du « Cadran », lecteur de cassette en bandoulière qui répétait inlassablement : « Qui sont les plus forts, évidemment, c’est les Verts », banderoles et drapeaux bretons. Si les français allaient s’avouer vaincus et éliminés sur le terrain, (défaite 3 à 1), nos vaillants supporters ont eu le mérite de faire taire les «You ‘ll never walk alone» lorsque Dominique BATHENAY, encore lui, égalisa d’un missile  « stratosphérique » que je conseille de visionner pour ceux qui ne l’ont jamais vu ou  qui ne s’en souviennent plus.  La 3ème mi-temps sera plus équilibrée que les supporters anglais ne le pensaient au point qu’ils arrachèrent certains maillots de nos compatriotes en guise de Trophée qui, en retour, «chipaient «des écharpes» de Liverpool FC….

Cette délégation allait donner des fourmis dans les jambes aux autres supporters et joueurs du club qui, sous la férule de Philippe LE BARS, Yves SIGNOR et Henri GOURMELEN et consorts, multiplieront par la suite les échanges départementaux (Hanvec, Saint-Thois ou plus tard Kerlouan), ou nationaux (Chailland-en-Mayenne,  Saint-Même-Les-Carrières en Charente et Châteauneuf-en-Charente, la commune à «Chouan», le copain à Pilou, et Maillezais en Vendée, Salon-la-Tour dans la Corrèze ou Montfort-sur-Meu en Ille-et-Vilaine). Tous ces déplacements étaient réalisés avec le « car à Jean » (Transports PERROT de Kroas Kerzergat). Inutile de vous dire que l’autoradio y était inaudible du fait que les participants répétaient à tue-tête notre hymne local «Anywhere we can go». Toutes nos « visites» entraînaient des matchs « retours » à Pouldergat dans une ambiance indescriptible. Au bout du compte, une nouvelle association communale et inter associative voyait le jour : Pouldergat-Echanges. Certains étés, la vie du « bourg »  était mouvementée et ponctuée d’accents nouveaux et chantants.
Cette dynamique locale allait aboutir à un jumelage avec la commune galloise de Cwmaman, jumelage officialisé en 1989.

Tant et si bien que les « Rouges et Blancs » s’ouvraient les portes européennes par un déplacement épique au Pays de Galles en 1989. Ce déplacement allait solidariser toute une génération « juniore » qui  s’était illustrée en coupe Gambardella en éliminant le FC Douarnenez (André SAVINA, Philippe JONCOUR, Frédéric COSQUER, Nicolas LE BIHAN, Gwenaël ARHANT, Christophe STEPHAN, David THOMAS, Jean-René KERVAREC, Fabrice MICHEL, Guénaël LE COZ,)…avec les seniors d’alors: Tintin LE GUELLEC, Gégé LE COZ, Jean-Yves SURVILLE, Pierre KERVAREC, Luc COATMEUR, Christian LE FLOC’H, Jeannot LE GOUILL, Kiki FLOCH’LAY, Mich MOALIC, Didier LE COZ, Ronan KERVAREC Jean-Michel et Gildas CASTREC, Paul KERVAREC, Patrice COSQUER, Pascal LE FRIANT sans oublier quelques illustres accompagnateurs: Maurice POUCHOUX, Jean-Louis BILLON, Brun CELTON... Parmi les très nombreuses anecdotes du week-end, comment ne pas se souvenir de cette première soirée dans un pub bondé de la ville voisine d’Ammanford où, en l’honneur de leurs hôtes, quelques joueurs du bagad sortiront la cornemuse pour jouer le Bro Gozh ma Zadoù (hymne breton qui présente la particularité d’être également l’hymne Gallois). Ceci entraînera une réaction immédiate de toute l’assistance qui se lèvera pour chanter en cœur leur hymne national. Des rencontres entre les équipes de Pouldergat-Sports et de Cwmaman furent évidemment organisées. La première, entre les équipes B, sur un véritable terrain de boue situé au fond d’une vallée, se soldera par un match nul (2 -2). La seconde entre les équipes A aura lieu le dimanche matin. Elle montrera une opposition de style entre le jeu de passes latérales déployé en 1er mi-temps par Pouldergat-Sports et le style direct et physique très britannique de Cwmaman en seconde mi-temps. Score final: 5 – 0 en faveur des locaux. Les visiteurs avaient probablement laissé trop d’énergie dans la soirée précédente… Ce déplacement reste marqué, à jamais, dans la mémoire de toute une génération de joueurs de Pouldergat-Sports.

Bref, une équipe d’amis était née. 
Les joutes européennes allaient se poursuivre en Allemagne, dans une commune proche de Cologne, via les Glaziked et les nombreux footballeurs alors présents dans le groupe comme il a été dit dans l’article de la semaine passée. Nos hôtes allemands, mis au « parfum » de notre seconde passion pour le ballon rond, nous proposèrent une rencontre amicale avec un gag aux vaincus. L’équipe présentée avait belle allure : Jean-René et Ronan KERVAREC, Pascal LE FRIANT, Fanch COSQUER, Jean-Michel CASTREC, Fred GUILLOU, Brun CELTON, David LE BARS, Pierre CARIOU, Jean-Marc LE BERRE, tous joueurs à Pouldergat-Sports à l’époque. Les allemands faisaient grise mine à la mi-temps atteinte sur un score de parité de 0 à 0. En seconde période, les sonneurs devaient déposer « les armes », non sans avoir démérité, mais victimes d’hyperactivité comme disait un des membres. Ils durent satisfaire à des épreuves nocturnes… qu’ils accomplirent avec brio.
De mémoire, le dernier vrai déplacement du club s’est déroulé en Corrèze à Salon-la-Tour, précisément. Pouldergat-Sports y défia l’équipe de rugby locale : match nul au ballon rond, une volée de bois vert au ballon ovale et une 3ème mi-temps remportée de haute lutte grâce à l’omniprésence de Brun au biniou.
Tous ces échanges ne demandent qu’à renaitre de leurs cendres pour un peu que vous ayez la flamme et l’envie de la rallumer….

PS : dans ces échanges internationaux, ne pas oublier, l’envoi de jeux de maillots, chaussures, shorts et chaussettes aux enfants de l’école de M’BOUR au Sénégal.

 

POULDERGAT-SPORTS et LES GLAZIKED

JEREMY LE DREAU ou la poursuite de l’histoire commune entre Glaziked et le foot.

NDLR: «Mik» LE GUELLEC, «penn biniou» du bagad officie à l’arbitrage de la B.

Jérémy, né le 3 avril 1998, était porté, dès le plus jeune âge, vers le ballon rond du fait de la présence de son frère Sébastien, ex-joueur du club, et de son ambiance familiale. D’ailleurs il s’inscrivit rapidement à l’école de foot, heureux de retrouver ses camarades de classe avec qui il joue toujours, aujourd’hui :  Luc, Lucas, Steve…

Mais le bagad, pourquoi ?

Rien ne l’y prédestinait jusqu’à ce que Mikaël LE GUELLEC vienne présenter le groupe et l’école de musique des Glaziked à l’école Yves RIOU. Sans doute attiré par la musique Jérémy, alors âgé de 9 ans, décida de s’inscrire mais pas dans le pupitre souhaité par «Mik» à savoir le «biniou» (cornemuse pour les incultes), (quel  chauvin, «Mik») mais la batterie : cela fait plus de bruit, quoique… De baguette en baguette, «Jérem», comme nous l’appelons, amicalement,  couramment, a gravi tous les échelons du groupe : école, bagadig, bagad… pour seconder, aujourd’hui, Jean Marc LE BERRE comme «pen batter».  Mieux, il s’occupe assidûment et bénévolement des jeunes élèves de l’école de musique, n’oubliant pas les conseils reçus par les anciens quand lui-même débutait.

En effet «Jérem» est un garçon simple, discret, attachant mais précieux, volontaire et accrocheur dans le bon sens du terme : il ne baisse jamais les bras. Ainsi au poste de latéral gauche, non seulement, il musèle son ailier mais en plus il mène des contre-attaques dangereuses. En outre il a un tir précis et puissant qui s’avère fort utile sur coup franc, corner ou renversement de jeu. Pour lui faire du sport et de la musique se complètent fort bien Ce faisant Jérémy poursuit la longue histoire des joueurs de foot ayant pratiqué au Bagad.

En effet, dans le passé, plusieurs personnes ont pratiqué ces deux passions à Pouldergat : de Guy COSQUER en passant par René LE GOFF du bourg, René JONCOUR, Tin MOAL, Bernard BRANJOU Yves SIGNOR,  Robert LE COZ et son neveu, Didier, Pascal GOUILL et son frère, Jean Luc, le fils de ce dernier, Aurélien, les KERVAREC (Maurice, Florian, Jean René et Ronan), Tintin LE GUELLEC… jusqu’à la génération 1985 - 2000 où le bagad fournissait plus de 15 footballeurs au club (certains ont déjà leur prénom ci-dessus) dont plusieurs en équipe première pour peu de matchs pour certains mais un bail pour d’autres, à l’image de «Fanch» COSQUER qui fût capitaine (le fils à Guy). Nous pouvons aussi citer : Guéna LE BARS, «Mik» LE GUELLEC, les frères CASTREC (Gildas et Jean-Mich), Pascal LE FRIANT, Fred COSQUER, «Jo PAP» (Joël LE PAPE), Tanguy BARIOU… Les autres jouaient en B, C ou D… Peu importe le niveau pourvu que l’ambiance et la convivialité soient au rendez-vous. Les licenciés du bagad étaient si nombreux qu’à la trêve de Noël s’est déroulé, pendant 4 ans, un défi amical entre Pouldergat-Sports et les Glaziked. Pour l’anecdote, une année, c’est Ronan KERVAREC, alors président de Pouldergat Sports, qui inscrivit le seul but du match pour les…. Glaziked car il y jouait la grosse caisse. Ce faisant, il infligeait la première défaite de la saison au club de foot. La troisième mi-temps se déroulait au Cadran autour d’un apéro repas qui, lui, se soldait par un nul.
Cependant la communion des deux associations valait bien au-delà de cette convivialité avec, notamment, l’organisation des Mercredis du Bourg ou de déplacements communs à Saint  Denis, lors de la fête des Bretons de Paris, avec après-midi foot (pas au Stade de France, malheureusement)  et fest-noz le soir.

Même l’entraide, entre les deux assos, était de mise. Trois exemples ci-dessous :

Nous pourrions vous en conter et conter sur les relations des deux associations (avec des hauts et «débat») mais revenons à Jérémy.

Peut-être est-il le précurseur d’une nouvelle génération qui s’engouffrerait dans la voie de ces années «folles» de 1985 à  2000. Pourquoi ne pas imaginer, un jour, une nouvelle rencontre amicale Pouldergat-Sports – Glaziked ? L’histoire est un perpétuel recommencement. Nous pouvons toujours rêver mais, en tous cas, c’est notre souhait car ces deux associations (sans oublier les autres assos pouldergatoises, bien sûr) sont la garantie de la vitalité communale et de la renommée de Pouldergat au-delà des frontières douarnenistes et ce depuis près de 100 ans pour l’une et 75 ans les 11, 12 et 13 juin prochain pour l’autre. Ce jour-là, sortez costumes, biniou, bombarde et batterie à l’image de «Jérem et Mik» et pourquoi ne pas renouveler entre les deux associations un match pour l’ouverture de leurs 75 ans ?


Jérémy à la baguette sur les deux tableaux

PS : certaines personnes ont pu être oubliées car, malgré les concours d’André, Gégé, Robert et moi, nous ne sommes pas infaillibles. C’est pourquoi, aidez nous à compléter le listing ci-dessus si besoin.
RAPPEL : il s’agit de personnes ayant pratiqué au Bagad et en équipe première au foot. D’avance merci.

 

EUGENE DEUDE : c’était qui ?

Au tour des plus jeunes de sécher sur cette question. En effet, si bon nombre d’entre eux connaissent le nom du terrain, peu, et c’est normal, ont connu l’homme et, pour cause, cela fait près de 70 ans qu’il était directeur de l’école publique de la commune et cadre sportif- secrétaire de Pouldergat Sports.

Eugène, né à Ploaré (et, non, Douarnenez, comme il aimait le rappeler) le 14/05/1918, était l’oncle de Michel MAZEAS, maire fort connu de Douarnenez. Très vite, Eugène se dirigea vers l’enseignement et réalisa sa formation d’instituteur à l’Ecole  Normale Supérieure d’Angers puis une année de    formateur sportif à Bourges où il rencontra sa future femme, Marie-Louise MALLET, gymnaste accomplie, originaire de Picardie mais concarnoise dès son plus jeune âge. En effet, malheureusement, Marie Louise perdit ses parents, jeune, et fût élevée par sa tante dans la ville close. Du fait de leur engagement familial, ils se marièrent le 5/08/1944 et eurent 4 garçons. Tant et si bien qu’ils suivirent un parcours professionnel commun dans les différentes écoles publiques du secteur (Kerlaz, Guiler, Plogoff…) et Pouldergat de 1950 à 1962. Eugène avait en charge la direction de l’école et l’enseignement en  CM2 et Marie Louise au CP. Comme il était souvent d’usage à l’époque pour les instituteurs, Eugène s’engagea dans des responsabilités au sein de la commune et ce fut au sein de Pouldergat-Sports. Ce choix n’était pas anodin car Eugène était passionné du ballon rond et fut un ailier gauche incisif au sein de l’équipe-phare de la cité «Penn  Sardin» à l’époque, à savoir l’USDP (Union Sportive Douarneniste Ploariste). Déjà touché par ses soucis de santé, il arrêta de jouer, trop tôt, et s’orienta vers le rôle de dirigeant. Ainsi, au sein du club, il prit en charge le secrétariat et l’encadrement des équipes. C’est à ce moment-là qu’il marqua les esprits de ses élèves qui gardent en mémoire, encore aujourd’hui, certains faits inimaginables de nos jours tels :

Néanmoins, Eugène trouvait ce mode de fonctionnement fatigant et la municipalité peu collaborative. Aussi, un jour, il réunit tous les joueurs dans le « vestiaire » et eut le discours suivant : «Dans vos têtes, faites-moi le tour des champs à proximité du bourg et choisissez le terrain qui vous plaît le mieux. Ensuite, nous contacterons son propriétaire pour un éventuel achat ou location par la commune. Aussitôt dit, aussitôt fait et unanimement, le groupe opta pour le terrain actuel qui appartenait à la famille QUIDEAU de Boacroaguez. Mais les démarches administratives s’annonçaient délicates. C’est pourquoi, il fut conseillé à Eugène de rencontrer Corentin ANSQUER, notre transporteur et plus proche voisin du terrain actuel, donc aussi, des QUIDEAU, pour entamer les pourparlers en présence de Eugène. La famille QUIDEAU accepta le principe de la vente de leur terrain si un accord financier était obtenu avec la mairie. Eugène prit contact avec Jean LE GUELLEC, maire de l’époque, qui en accepta le principe et le proposa en conseil qui entérina la décision finale à un prix qui convenait à tous. Eugène quitta la commune en 1962 et ne put voir l’aboutissement de son investissement. Le terrain fut achevé en juillet 1963 et Pouldergat-Sports y fit ses premiers pas le 6 janvier 1964 contre l’US Bigoudène (victoire 2 à 1). En 1998, le 2 novembre, précisément, le nom, Eugène DEUDE, y fut apposé : juste récompense de son implication dans le club local (même si  pour de tels choix, tout est discutable) comme nous vous l’avons fait partager.

Eugène acheta sa maison à Pouldergat au quartier de Méné Kergesten où réside, encore, de ce jour, l’un de ses 4 fils, Michel. Eugène est décédé le 29/02/1976.

PS : son père, Michel, était né à Guerveur en Pouldergat en 1872… Comme le destin d’Eugène était déjà lié à notre commune.

Merci à Gérard, Robert LE COZ et consorts pour leurs souvenirs et leurs récits.

Dernier point : Eugène fut à la création du club de football de Guiler-sur-Goyen et de sa cantine scolaire entre 1946 et 1950.

 

LE COZ ’brothers’

De tout temps, bon nombre de frères ont joué ensemble à Pouldergat Sports en équipe première (même si certains duos ont fait peu de match): les MOREAU, LE BARS (Kermenguy, le record: 4 en même temps), LE GUELLEC, BARIOU, BIDON, CROCQ, SIGNOR, LE GALL(dont l’entraîneur actuel), STEPHAN, FRIANT (du bourg au siècle dernier et ceux, plus jeunes de Rosternic) KERVAREC (eux, c’est une vraie mafia), CASTREC, TRIVIDIC, BAUDOUARD, SAVINA, EVANO (leurs neveux) CELTON, LE COZ (Moustoulgoat) et, actuellement, donc les LE COZ mais d’où ? .

Non, non, vous n’y êtes pas. Il ne s’agît pas de vos illustres anciens (Gégé, Robert ou Jean qui fût président du club) mais des fils à Bruno.

Bruno ! C’est qui ? doivent, du coup, se dire les lecteurs que nous remercions pour les satisfecit de cette rubrique. (ah, ah, c’est moins facile que Pierre BRIANT ou cette fameuse montée, assurément leur répondra-t-on).

Natif de Méné Kergesten, Bruno a joué au FC Pouldavid avant de rejoindre les rangs des rouges et blancs lors de la saison 92/93 pour ne plus les quitter pendant 12 ans exerçant différents postes de joueur comme milieu défensif, stoppeur, libéro mais c’est au poste d’arrière droit qu’il excellait le mieux, apportant, dès qu’il le pouvait, un soutien bienvenu à ses attaquants. Présent et combattif, Bruno hérita du brassard de capitaine au moment des retraits de Luc COATMEUR et de Pierre KERVAREC. Du reste, son frère, Christophe, a joué au club, également, le plus souvent en B ou C mais avec des apparitions en première au poste de gardien où il nous a laissé des souvenirs impérissables.

Mais, revenons au sujet du jour les LE COZ Brother’s.

En effet, qui aurait imaginé que, 15 ans plus tard, une autre paire de LE COZ, Eymeric et Killian, les fils de Bruno, lui auraient pris sa succession au sein de la défense pouldergatoise ? Personne à l’époque. Cependant, si Killian fût le premier à nous rejoindre en 2015 en seniors, c’est son frère, Eymeric qui fût le premier à  enfiler le maillot pouldergatois lors de la saison 2000/2001 en tant que débutant. Mais, l’école de foot n’ayant plus cours, Eymeric signait au FC DOUARNENEZ, 6 ans, avant de rejoindre les jeunes stellistes douarnenistes voisins 3 ans. Puis, plus rien. Coupure ? Adolescence ? Foot corpo ? Un mélange de tout, certainement. Mais, l’ambiance, le sport, son frère, Killian, devaient lui manquer. En effet, Eymeric a signé son retour à Pouldergat-Sports l’an dernier, conquis, sans doute, par l’ambiance, la jeunesse, l’esprit, les dirigeants et les entraîneurs du club et …son frangin « Kill, le tueur ». de 3 ans son cadet.  Killian n’a connu que 3 clubs : FC Douarn durant 8 années, le footcorpo, 4 ans, et Pouldergat Sports depuis 2015. Timide et réservé à ses, Kiki s’est fait progressivement une  place, qu’écris-je, une forteresse au sein de la défense locale. Sous son comportement flegmatique et british, comme dit Luc GIBBINS, se cache un joueur précis, combattif, correct sur l’homme… Bref un libéro HORS PAIR, n’hésitant pas  à monter sur corner et inscrire des buts de la tête. Son alter égo de « breur », Eymeric est plus expansif et dissert (à l’image de son parrain, le fantasque Totophe). Sous sa lenteur, toute apparente et légèrement, bedonnante, ce latéral  met, le plus souvent sous l’éteignoir des ailiers, paraît-il véloces mais pris au piège de sa science footballistique et son tacle implacable. Le plus beau : les voir associer en charnière centrale, 25 ans de moyenne d’âge, certes, mais un véritable coffre-fort si le samedi n’a pas été trop humide. Longue durée à ce duo à Pouldergat, car, en prenant le poste de secrétaire du club, nous espérons que Kiki et Eymeric seront naturellement des nôtres pour les 100 ans du club en 2023.


Emerick à l'école de foot en 2000-2001


Photo de gauche : Equipe A de la saison 1993-1994 (avec Bruno)
Photo de droite : 1er tour de la Coupe de France PS - Penhars saison 2020-2021 (Killian et Emerick)

 

La montée en Promotion d'Honneur (R3 actuellement)

POULDERGAT-SPORTS EN PH : historique !!!!!

Qui l’aurait cru ce samedi 3 mai 1969 ? Personne, sans doute. En effet, alors que leur métronome du milieu de terrain, André GEOMAY, se mariait ce jour-là, bon nombre de ses coéquipiers étaient ses invités et cela se comprend. En effet, initialement, ce match était prévu le 13 avril et avait, donc, subi un report à ce dimanche 4 mai. Une date, qui, au départ, ne faisait pas l’affaire de nos couleurs. Or, l’enjeu était de taille pour Pouldergat Sports comme pour ses adversaires : les aviateurs à savoir une éventuelle montée en PH soit une entrée dans la ligue de l’Ouest, tout simplement.

N.B.  : La ligue de l’Ouest comprenait, à l’époque, en plus de la ligue de Bretagne actuelle, les départements de la Mayenne et de la Sarthe…

L’enjeu, parlons-en et rappelons-nous le classement à l’aube de cette dernière journée de ce « championnat, ô combien, resserré » :

1er :     CA Penhars 28 pts
2ème : Pouldergat-Sports 28pts
3ème : Penmarc’h 27 pts
4ème : Pluguffan 27 pts
5ème : Loctudy 24 pts.

N.B. : Penhars et Pouldergat étaient départagés à ce qui était appelé le quotient à l’époque à savoir le rapport buts marqués sur but encaissés soit 1,6875pour Penhars et 1,68 pour Pouldergat. Ce qui faisait de Penhars le leader du groupe pour un écart de 7,5 millièmes en leur faveur.

En outre, cette dernière journée offrait, entre autres, les matchs suivants : Pluguffan – Pouldergat Sports, CA Penhars – Loctudy et Audierne – Penmarc’h soit deux matchs entre les 5 premiers du championnat et la possibilité à l’un des 4 premiers, à l’issue de cette dernière journée, d’accéder à la PH (R3 aujourd’hui). Peut-être du jamais depuis 50 ans.

Pour ce dernier match, les Cormorans (d’Antoine PASCUAL, ancien pro au Stade rennais), qui surfaient sur l’eau en cette fin de saison (9 victoires et un nul dans cette poule retour), feront leur « boulot » en remportant leur match sur le score de 4 à 1 et totaliseront, donc, 29 pts (A l’époque, la victoire vaut 2 points, le nul, 1 et la défaite « peanuts »).

Les Pouldergatois, amoindris par des absences dues à la noce d’ André comme il a été signalé ci-dessus, se rendaient, donc,  à Pluguffan qui pouvait, encore, espérer la montée selon les résultats des autres matchs. Côté pouldergatois, peu y croyait. Cependant, une délégation, d’observateurs expérimentés, composée de Jean Claude FLOCH’LAY et Jean- Noël HELIAS suivait le match Penhars – Loctudy, espérant, vraisemblablement, conjurer le sort. En ces temps-là, le « tel portable » n’existait pas et Jean Claude faisait des « allers – retours » entre Penhars et Pluguffan pour donner des nouvelles du match qu’il suivait tout en prenant, bien entendu celles du match en cours. Ces dernières allaient devenir bonnes car Bernard BRANJOU, ailier gauche insaisissable, ouvrait le score et permettait à Pouldergat de mener 1 à 0 à la mi-temps. Mais, cela n’était point suffisant car Penhars menait aussi1 à 0 sur ses terres. En seconde période, pire, les pluguffanais égaliseront et se relanceront dans la course à la montée. Ce faisant, ils jouaient leur va-tout dans ce premier quart d’heure de reprise mais se casseront les dents sur une défense de fer, articulée autour de sa tour de contrôle, Roger LE GUELLEC dit « Bull » et d’un jeune gardien au talent prometteur, Jean- Noël LE GOUIL. Tant et si bien que, dans ce match de feu mais courtois, les hommes du président, Raphaël LE GOUILL, doubleront, tout d’abord, la mise par l’intermédiaire de Gérard LE COZ, éteignant, de ce fait, les ardeurs adverses. Ensuite, René JONCOUR crucifiait définitivement ses hôtes en inscrivant le troisième but. Les pouldergatois étaient sûrs de leur seconde place; ce qui les satisfaisait pleinement, en l’occurrence.    Mais, une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, Jean-Claude et Jean-Noël allaient faire exploser le vestiaire en leur apprenant l’égalisation de Loctudy à Penhars qui avait manqué un nombre incalculable d’occasions pour se mettre à l’abri d’un retour bigouden. Ce résultat donnait le classement final suivant :

1er :     Pouldergat Sports 30 pts
2ème : CA Penhars 29 pts
3ème : Penmarc’h 29pts
4ème : Pluguffan 27 pts
5ème : Loctudy 25 pts.

Les pouldergatois étaient en PH : INCROYABLE !

Robert LE COZ, qui participait à cette rencontre, nous décrit l’ambiance des vestiaires : « Du jamais vu. Jean-Claude a sorti un carton de champagne de sa voiture et est venu dans nos vestiaires. C’était la fiesta comme en Formule 1. Chacun arrosait ses voisins. La suite, inutile d’en parler. Je laisse chacun imaginer notre 3ème mi-temps et ce retour de noce au resto de la criée à Douarnenez. »
Son compère Pascal GOUILL rajoute : « Tout simplement, INOUBLIABLE, Ronan, nous étions les maîtres du monde. C’était l’euphorie totale : chants et cris de partout, champagne à gogo. Les autres clubs ont entendu parler de nous car, pour rentrer de Pluguffan, nous avons effectué notre Troménie à nous, rendant visite à tous nos voisins. Enfin, ce retour de noces au resto de la criée…Que du bonheur !

Du côté de Pluguffan, peu comprenait la liesse pouldergatoise et, pour cause, à 3-1, leurs émissaires n’allaient plus à Penhars. Par conséquent, ils croyaient que Penhars avait gagné et montaient en PH. C’est un supporter bien connu à Pouldergat, Pierre BRIANT qui leur confirma le nul et, donc, l’accession de Pouldergat Sports…. C’était, il y a 50 ans et la suite sera moins joyeuse mais comme le dit un proverbe : « il faut savoir profiter de l’instant présent ».

 

Hervé COSQUER, le capitaine exemplaire

Contrairement à d'autres joueurs de sa génération qui pratiquaient déjà leur sport favori au collège, Hervé débuta le football tardivement. Il montrera toutefois rapidement de réelles qualités qui pousseront Eugène DEUDE (alors secrétaire du club) à entreprendre les démarches administratives pour qu'il puisse effectuer son service national à Coëtquidan (en 1950) et ainsi  jouer avec l'équipe première de Pouldergat-Sports tous les dimanches.

Mais pourquoi une telle initiative   ?
Joueur ordinaire du pied, Hervé bénéficiait d'une détente et d'un jeu de tête extraordinaire à l'image de celui qui le succèdera à la fin de sa carrière : Roger LE GUELLEC. Cette vista l’amènera à porter, rapidement, le brassard de capitaine et de devenir un patron emblématique de l'équipe et, notamment, de la défense composée à l'époque de 3 défenseurs au marquage des 3 avants de pointe et des 2 demis défensifs. Hervé jouait au poste de demi centre comme il était dit à l’époque soit, actuellement, défenseur central. Ses deux compères les plus complémentaires s’appelaient Pierre ROHOU, en charge des demis offensifs et des attaquants. Pierre avait la particularité d’être la rampe de lancement de Lanig GALL (toujours fidèle supporter présent à tous nos matchs), canonnier attitré pour tous les coups de pieds arrêtés à proximité des buts et des pénaltys dont aucun raté mais nous en reparlerons ultérieurement. Pour en revenir à Hervé, durant toute sa carrière, il restera, donc, le patron de l'équipe en accord parfait avec l'entraineur de l'époque Alexandre LE FLOC’H de Kergonnec. Ce tandem était incontestable aux yeux de tous.

A titre d’exemple et pour démontrer les qualités d’Hervé, dans les années 50, lorsque René Floch'lay quitta son club de Gourlizon-Sports pour le stade Quimpérois (alors en CFA, 3ème division nationale), et sans doute en accord avec celui-ci, Gourlizon organisa, tous les ans, un match de gala entre le Stade Quimpérois et une sélection des joueurs de district des communes environnantes. Hervé en fut toujours le défenseur central. Il en fut de même lorsque Pouldergat-Sports organisa un autre match de gala sous l'égide d'Eugène DEUDE, contre l'US Concarnoise (DH soit la 4ème division) qui avait, à l'époque, comme joueur entraineur Lazare GIANESSI, ancien international de l'équipe de France (14 capes dont la coupe du monde 1954 en Suisse).
Toutes ces sélections étaient la reconnaissance des qualités d’Hervé reconnu par ses pairs, comme un joueur sérieux et simple.

Hervé Cosquer a ainsi marqué Pouldergat Sports durant la décade 1950-1960 et fut à deux doigts de monter en 1ère division lors de la saison 55/56, infligeant un 9 à 0 au CA Plogoff lors de la dernière journée et échouant, certes, à six points de Plouhinec mais devançant des équipes A comme Pont L’Abbé, Gourlizon, Penhars, Kerfeunteun. Ce qui n’était pas rien.

Hervé Cosquer

Hervé Cosquer Hervé Cosquer

Hervé mettra un terme à sa carrière au moment de son mariage en 1964.

Durant toute sa vie, Hervé restera un passionné de sports, aimant le football par-dessus tout et suivant tous les matchs des équipes professionnelles et de l'équipe de France à la télé ainsi que les résultats des équipes locales dans la presse. Il aura gardé cette passion jusqu'au dernier jour, en novembre 2020.

 

Pierre BRIANT, joueur et dirigeant modèle




Bar Billon - Mai 1998
Pierre Briant et Jean Florc'h
Pierre a démarré le football à l’âge de 17 ans à Telgruc sur mer en 1954. Sa vie professionnelle et son destin l’amènent à Pouldergat et c’est le plus naturellement du monde qu’il intègre les rouges et blancs au poste d’inter-gauche (comme il était dit à l’époque), soit au milieu de terrain le plus souvent ou de latéral gauche quand le besoin s’en faisait sentir. D’ailleurs, il se souvient comme hier de son premier match à Pouldergat-Sports en 1957 sur le terrain de Lom BARIOU (Lotissement Tulasne, aujourd’hui) où il ouvrait le score après avoir driblé deux adversaires et fixé le gardien adverse d’un tir croisé à ras de terre.

Cependant sa gentillesse et son dévouement le conduiront au capitanat de l’équipe B avec la responsabilité de former les jeunes qui y jouaient. En ces temps-là, en dehors du club, point de pratique sportive pour la jeunesse sur la commune de Pouldergat. Pierre savourera plus particulièrement la saison 65/66 lors de laquelle l’équipe A accédait à la première division et où SON EQUIPE B remportait le challenge ESPOIR inscrivant la bagatelle de 120 buts pour 17 encaissés. Il se plaît à rappeler aux jeunes qu’à l’époque, les vestiaires n’existaient pas et que les joueurs se changeaient dans les cafés du bourg (Kervarec qui était située sur la place actuelle, Mimi MOAL, cabinet du Dr DUMONT maintenant, avec un arrêt optionnel chez Jeanne HASCOET, siège du BAR BILLON…).

Malheureusement, un accident de voiture, où il n’était que passager, allait mettre un terme à sa carrière de joueur. Mais, point de défaitisme chez Pierre, il embrassait une carrière de dirigeant cumulant les fonctions de trésorier adjoint, de la responsabilité des entrées, cent payantes en moyenne en ces temps-là (avec son inamovible compère, Jean FLORC’H, dont nous saluons aussi la mémoire en cette période de Toussaint), d’accueil de l’arbitre, du traçage du terrain... . Bref, l’homme à tout faire du club sur qui nous pouvons toujours compter encore, aujourd’hui : ramassage des poubelles, mise en place des filets, nettoyage des vestiaires et toute autre action.
En un seul mot, si certaines personnes sont fières de leur potager, le potager de Pierre est tout simplement le terrain Eugène DEUDE. Cette saison 2020-2021, même s’il ne le montre pas, tant il est simple et discret, il est de tout cœur avec les jeunes joueurs du club, l’implication des dirigeants dans la vie de celui-ci, et, secrètement, il rêve d’un retour en D2 si le COVID19 nous laisse le temps de jouer tous les matchs.

 

Samedi 2 juin 2018 : Pouldergat-Sports fête ses 95 ans

"C'est sous l'impulsion d'un jeune instituteur passionné de football que les jeunes pouldergatois découvrent le ballon rond. A son initiative, les premiers matchs ont lieu en 1921. Ensuite, grâce à la compréhension du maire de l'époque, Corentin Marie GRIFFON, les statuts du club POULDERGAT-SPORTS sont déposés le 23 novembre 1923. Ce qui fait de Pouldergat, vraisemblablement, l'une des plus petites communes de Bretagne, voire de France à présenter une équipe de football à cette époque. Autres faits remarquables, depuis sa création, le club a toujours joué sans interruption et son nom n'a jamais changé, preuve de fidélité et de vitalité des générations qui se sont succédées depuis plus de 85 ans. La première photo conservée du club remonte à 1930. Il y figure, entre autres, Alexandre FLOC'H qui entraînera, dirigera et supportera le club jusqu'à sa disparition... "

Lire la suite sur le site de la Mairie de Pouldergat : http://www.pouldergat.fr/index.php?page=historique-du-club

La photo des 95 ans a rassemblé plusieurs générations :

 

Photos anciennes de Pouldergat-Sports


 
Mentions légales
Tous droits réservés. Toute reproduction est interdite.